Patterns métastatiques inhabituelles de …

Patterns métastatiques inhabituelles de ...

Patterns métastatiques inhabituelles de envahissantes carcinome lobulaire du sein

Hôpital Saint-Joseph, Département de chirurgie, 2900 North Lake Shore Drive, Chicago, IL 60657, USA

Reçu 12 Août 2013; Accepté 29 Septembre 2013

Editors académiques: A. Goodman, P. F. Lenehan, C. V. Reyes, M. Romkes, et M. Ryberg

Copyright © 2013 Justin D. Sobinsky et al. Ceci est un article en accès libre distribué sous la licence Creative Commons Paternité. ce qui permet une utilisation sans restriction, la distribution et la reproduction sur tout support, à condition que le travail original est correctement cité.

Abstrait

Lobulaire invasif carcinome du sein a des motifs similaires de la maladie métastatique par rapport à un carcinome canalaire invasif; Cependant, le carcinome lobulaire métastase à des sites inhabituels plus fréquemment. Nous présentons une femme de 65 ans ayant des antécédents de cancer du sein lobulaire invasif (T3N3M0) traitée par mastectomie radicale modifiée et la thérapie aromatase-inhibiteur qui a subi un balayage de surveillance de PET, qui a montré le cancer du sigmoïde possible. Coloscopie avec biopsie a révélé un 3&# X2009; cm sigmoïde adénocarcinome. Le patient a subi une résection antérieure inférieure. Pathologie a montré, un adénocarcinome modérément différencié invasive ulcérée se prolongeant dans mais pas à travers la musculeuse. Cependant, six des dix-sept ganglions lymphatiques paracolonic étaient positifs pour le cancer du sein métastatique (ER + / PR +), en accord avec son carcinome lobulaire du sein primaire; il n’y avait aucun signe de cancer du côlon métastatique. Ce cas met en lumière les tendances métastatiques inhabituelles de carcinome lobulaire.

1. Cas et traitement chirurgical

A 65-year-old femme avec une histoire de cancer du sein lobulaire invasif (T3N3M0) traitée par mastectomie radicale modifiée et la thérapie aromatase-inhibiteur a subi une surveillance TEP environ trois ans plus tard, qui a montré le cancer du sigmoïde possible (figure 4). Le patient a été renvoyé à la gastro-entérologie; une coloscopie avec biopsie a révélé une sigmoïde adénocarcinome 3 cm.

Le patient a subi une résection antérieure inférieure. Pathologie a montré, un adénocarcinome modérément différencié invasive ulcérée se prolongeant dans mais pas à travers la musculeuse (Figure 2). Toutefois, six des dix-sept paracolonic ganglions lymphatiques étaient positifs pour le carcinome du sein métastatique (ER + / PR +), conformément à son carcinome lobulaire du sein primaire (figure 1); il n’y avait aucun signe de cancer du côlon métastatique (figure 3).

Figure 1: carcinome lobulaire primaire.

Figure 2: adénocarcinome du côlon primaire.

Figure 3: ganglions lymphatiques Pericolonic avec une coloration mammaglobine positive.

Figure 4: PET CT scan avec avide absorption FDG associée au côlon sigmoïde.

Hématologie / oncologie a été consulté au sujet de son cancer du sein métastatique lobulaire invasif. Ils interrompu ses tamoxifène et son commencé sur Arimidex. Le patient avait une TEP récente qui a montré aucun signe de maladie récurrente.

2. Discussion

Une personne sur douze femmes américaines développent un cancer du sein, et infiltrant carcinome lobulaire (ILC) implique environ 10&# X25; des cas [1]. Lorsque l’on compare l’ILC à carcinome canalaire infiltrant (IDC), les sites de dissémination métastatique diffèrent. Dans IDC, les sites communs de la maladie métastatique sont observées dans les poumons, les os et le foie. Cependant, dans la maladie métastatique ILC a été rapporté dans le tractus gastro-intestinal, du péritoine et rétropéritoine.

Par exemple, Ferlicot et al. montré plus divers modes de propagation de la tumeur dans ILC par rapport à IDC. Il y avait une différence statistiquement significative dans la dissémination métastatique dans les os, les poumons et les organes abdominaux. En CDI, la dissémination métastatique a été observée plus fréquemment dans les os et la région abdominale alors IDC métastasé au poumon. Il n’y avait pas de différence dans le foie, les ganglions lymphatiques nonaxillary, ou le système nerveux central [2].

D’autres études ont montré des résultats similaires en particulier dans les examens post-mortem. Métastases ILC a été observée plus fréquemment dans les ovaires, de l’utérus, du péritoine, rétropéritoine, de l’estomac et de l’intestin à l’autopsie [3]. Cependant, la dissémination métastatique aux poumons était plus fréquente chez IDC par rapport à l’ILC, qui a été vu dans les études antérieures [4]. En dépit du fait qu’il existe un large éventail de diffusion en CIT, il a été démontré qu’il n’y a pas de différence dans la survie globale par rapport à l’IDC [5. 6]. Il y a également eu aucune différence significative dans la survie sans maladie entre les deux [6].

Il est fréquent de voir atteinte colique chez les patients ayant des antécédents de la CDI; aussi élevé que 12&# X25; a été cité dans la littérature [7]. Dans notre cas, le patient avait des preuves de métastatique carcinome lobulaire dans les ganglions lymphatiques colique. Même si un patient qui a été sans maladie pendant de nombreuses années, il est important de ne pas exclure métastatique ILC chez les patients présentant des symptômes ou la présentation des douleurs abdominales. Il a été rapporté que les métastases gastro-intestinaux ont été observés sur une moyenne de 9,5 ans et peut-être aussi tard que 20 ans après le diagnostic initial [8]. Plus précisément avec notre malade, elle avait un intervalle de trois ans sans maladie, bien en deçà de la moyenne.

3. Conclusion

Il est important que les cliniciens être conscient que la CDI a un modèle beaucoup plus large et différent de la maladie métastatique par rapport à IDC. Métastases ILC doit être dans le diagnostic différentiel chez un patient ayant des antécédents d’ILC présentant des plaintes abdominales ou une découverte fortuite vu sur l’imagerie de dépistage, même si le patient a été indemne de la maladie depuis plusieurs années.

Conflit d’interêts

Les auteurs déclarent qu’il n’y a pas de conflit d’intérêts en ce qui concerne la publication du présent document.

Reconnaissance

Les auteurs remercient le Dr Teresita Zdunek un pathologiste à l’Hôpital Saint-Joseph qui a fourni les diapositives pour ce papier.

Les références

  1. M. W. Mulholland, K. D. Lillemoe, G. M. Doherty, et al. Cabinet Greenfield: Principes et pratique scientifiques. vol. 74, Lippincott Williams &# x26; Wilkins, Philadelphie, Pennsylvanie, Etats-Unis, 5e édition, 2011.
  2. S. Ferlicot, A. Vincent-Salomon, J. M&# XE9; dioni et al. « Large dissémination métastatique dans un carcinome lobulaire infiltrant du sein», European Journal of Cancer. vol. 40, no. 3, pp. 336-341, 2004. Voir à Publisher · Vue sur Google Scholar · Vue sur Scopus
  3. M. Harris, A. Howell et M. Chrissohou, «Une comparaison du motif métastatique d’infiltrer le carcinome lobulaire infiltrant et conduit le cancer du sein», British Journal of Cancer. vol. 50, no. 1, pp. 23-30, 1984. Vue sur Google Scholar · Vue sur Scopus
  4. J. Lamovec et M. Bracko, « pattern métastatiques d’infiltration carcinome lobulaire du sein: une étude d’autopsie, » Journal of Surgical Oncology. vol. 48, no. 1, pp. 28-33, 1991. Vue sur Google Scholar · Vue sur Scopus
  5. S. Rozan, A. Vincent-Salomon, B. Zafrani, et al. « Aucune valeur prédictive significative de c-erbB-2 ou p-53 expression en ce qui concerne la sensibilité à la chimiothérapie ou la radiothérapie primaire dans le cancer du sein», International Journal of Cancer. vol. 79, pp. 27-33, 1998. Vue sur Google Scholar
  6. L. Fortunato, A. Mascaro, I. Poccia et al. « Le cancer du sein lobulaire: même la survie et de contrôle local par rapport au cancer canalaire, mais devraient tous deux être traités de la même façon? L’analyse d’une base de données institutionnelle sur une période de 10 ans,  » Annals of Surgical Oncology. vol. 19, no. 4, pp. 1107-1114, 2012. Vue sur Publisher · Vue sur Google Scholar · Vue sur Scopus
  7. N. Cifuentes et J. W. Pickren, « Métastases de carcinome de la glande mammaire: une étude d’autopsie, » Journal of Surgical Oncology. vol. 11, no. 3, pp. 193-205, 1979. Vue sur Google Scholar · Vue sur Scopus
  8. J. Nazareno, D. Taves et H. G. Preiksaitis, «le cancer du sein métastatique du tractus gastro-intestinal: une série de cas et revue de la littérature, » World Journal of Gastroenterology. vol. 12, no. 38, pp. 6219 à 6224, 2006. Vue sur Google Scholar · Vue sur Scopus

RELATED POSTS

Laisser un commentaire