Troisième Degré Atrioventricular …

Troisième Degré Atrioventricular ...

Troisième degré bloc auriculo-ventriculaire

Contexte

auriculo-ventriculaire (AV) Troisième degré, aussi appelé bloc cardiaque de troisième degré ou bloc cardiaque complet, est un trouble du système de conduction cardiaque où il n’y a pas de conduction à travers le nœud auriculo-ventriculaire (AVN). Par conséquent, la dissociation complète de l’activité ventriculaire et auriculaire existe. [1] Le mécanisme d’échappement ventriculaire peut se produire partout dans le AVN au système Purkinje de branche. [2]

Il est important de se rendre compte que tous les patients atteints de dissociation AV ont pas bloc cardiaque complet. Par exemple, les patients atteints de tachycardie ventriculaire ont dissociation AV, mais pas un bloc cardiaque complet; Dans cet exemple, la dissociation AV est dû à la fréquence ventriculaire étant plus rapide que la fréquence sinusale intrinsèque. Sur électrocardiographie (ECG), bloc cardiaque complet est représenté par des complexes QRS menées à leur propre rythme et totalement indépendant des ondes P (voir l’image ci-dessous).

Résultats de bloc AV de divers états pathologiques provoquant l’infiltration, la fibrose, ou une perte de connexion dans des parties du système de conduction saine. bloc AV du troisième degré peut être congénitale ou acquise. (Voir Étiologie.)

triage initial des patients atteints de bloc cardiaque complet consiste à déterminer les symptômes, l’évaluation des signes vitaux, et la recherche de preuves de la perfusion périphérique compromise. En particulier, les résultats de l’examen physique des patients atteints de bloc AV du troisième degré sera marquée par la bradycardie, qui peuvent être graves. (Voir clinique.)

Traitement de bloc AV du troisième degré est basé sur le niveau du bloc. La première, et parfois le plus important, un traitement médical pour un bloc cardiaque est le retrait de tous les médicaments potentiellement aggravantes ou étiologiques. Le traitement médical de bloc cardiaque complet est limitée aux patients atteints de la maladie de conduction dans le AVN. (Voir traitement.)

les efforts de traitement initiaux devraient se concentrer sur l’évaluation de la nécessité d’une stimulation temporaire et d’initier la stimulation. La plupart des patients dont le bloc cardiaque est pas autrement traitable, il faudra un stimulateur cardiaque permanent ou d’un défibrillateur implantable (ICD).

Physiopathologie

Dans le cœur, l’initiation d’impulsion normale commence dans le nœud sinusal. La vague d’excitation se déplace ensuite à travers l’atrium. Pendant ce temps, les enregistrements ECG de surface montrent l’onde P. À la suite de la conduction intra-auriculaire à la zone du septum intra-auriculaire inférieur, ce front d’onde arrive aux entrées de l’ostéonécrose. Le AVN procède alors à l’impulsion du faisceau de His. Le faisceau de His divise en droite et gauche faisceaux, qui distribuent cette impulsion aux ventricules.

Pendant auriculaire, AVN, et His-Purkinje conduction, le segment de la PR est observée. Le bloc cardiaque se produit lorsque le ralentissement ou bloc complet de cette conduction se produit. Traditionnellement, le bloc AV peut être divisé en blocs de première, deuxième et troisième degré.

bloc AV du premier degré

bloc AV du premier degré est une condition dans laquelle un 1: existe relation 1 entre les ondes P et des complexes QRS, mais l’intervalle PR est plus long que 200 msec. Ainsi, le bloc AV du premier degré représente un retard ou un ralentissement de la conduction. De temps en temps, un bloc AV du premier degré peut être associé à d’autres troubles de la conduction, y compris un bloc de branche et des blocs fasciculaires (de bifasciculaire ou bloc trifasciculaire).

bloc AV du deuxième degré

bloc AV du deuxième degré existe lorsque plusieurs ondes P que des complexes QRS sont visibles sur l’ECG, mais une relation entre les ondes P et des complexes QRS existe toujours. En d’autres termes, pas toutes les ondes P sont suivies par des complexes QRS (conduites). Traditionnellement, ce type de bloc AV est divisé en 2 sous-catégories principales, Mobitz type I (Wenckebach) et Mobitz type II.

Dans le Mobitz I bloc AV du second degré, l’intervalle PR prolongeant jusqu’à ce que l’onde P ne soit pas suivie d’un complexe QRS. Dans un Mobitz typique je bloque, la prolongation de l’intervalle PR de battement à battre est le plus grand dans le premier intervalle et progressivement moins avec des intervalles ultérieurs. Cela se traduit par le raccourcissement de l’intervalle R-R et l’ensemble, les augmentations de l’intervalle PR. En outre, l’intervalle R-R qui enveloppe la pause est inférieure à deux fois la durée du premier intervalle R-R après la pause.

Sur le tracé ECG, Mobitz I résultats de bloc AV du second degré dans l’aspect caractéristique de regrouper les battements; à l’inverse, la présence de coups groupés devrait inciter à une évaluation minutieuse pour Wenckebach conduction (mais il convient de noter que tous tels conduction est pathologique).

Dans Mobitz II bloc AV du second degré, l’intervalle PR est constante, mais des vagues occasionnelles P ne sont pas suivies par les complexes QRS (nonconducted). De temps en temps, le premier intervalle PR suivant ondes nonconducted P peut être plus courte par autant que 20 msec.

Pour différencier les Mobitz je bloque et le bloc Mobitz II, au moins 3 ondes P consécutives doivent être présents dans le traçage. Si seulement toutes les autres ondes P est effectuée (2: 1), un bloc de second degré ne peut pas être classé dans l’une de ces catégories et donc est décrite comme un 2: bloc AV 1, à moins que le mécanisme peut être déduit de motifs autour de la conduction auriculo-ventriculaire à.

Un bloc AV ressemblant à un bloc AV du second degré a été rapporté avec des augmentations soudaines du tonus vagal associée à la toux, le hoquet, la déglutition, les boissons gazeuses, la douleur, la miction, ou la manipulation des voies respiratoires chez les sujets en bonne santé. La caractéristique distinctive est le ralentissement simultané du rythme sinusal. Cette condition est paroxystique et bénigne, mais doit être soigneusement différencié d’un bloc AV du second degré vrai parce que le pronostic est très différent.

bloc AV du troisième degré

bloc AV du troisième degré (c.-à-bloc cardiaque complet) existe quand il y a plus d’ondes P que des complexes QRS et il n’y a pas de relation entre eux (ie, pas de conduction). Le bloc de conduction peut être au niveau de l’AVN, le faisceau de His, ou le système de Purkinje de branche. Dans la plupart des cas (environ 61%), le bloc se produit en dessous du faisceau de His. Bloquer dans les comptes de noeud AV pour environ un cinquième de tous les cas, alors que dans les bloquer ses comptes bundle pour un peu moins d’un cinquième de tous les cas. [2]

La durée du complexe QRS d’échappement dépend de l’emplacement du bloc et l’emplacement du stimulateur cardiaque à rythme d’échappement. Pacemakers au-dessus du faisceau de His QRS étroit produisent un complexe échappement de rythme, alors que celles égales ou inférieures au faisceau de His produire un complexe QRS large.

Lorsque le bloc est au niveau de la nécrose avasculaire, le rythme d’échappement provient généralement d’un stimulateur cardiaque jonctionnelle avec un débit de 45-60 battements / min. Les patients avec un pacemaker jonctionnel sont souvent hémodynamiquement stable, et l’augmentation de leur fréquence cardiaque en réponse à l’exercice et l’atropine. Lorsque le bloc est en dessous du AVN, le rythme d’échappement provient du faisceau de His ou de branche système Purkinje à des taux plus lent que 45 battements / min. Ces patients sont généralement hémodynamiquement instables, et leur fréquence cardiaque est insensible à l’exercice et l’atropine.

dissociation AV

dissociation AV est présent lorsque auriculaire et ventriculaire d’activation sont indépendantes les unes des autres. Elle peut résulter d’un bloc cardiaque complet ou de réfractarité physiologique du tissu de conduction. Il peut également se produire dans une situation où le taux / de sinus auriculaire est plus lente que la fréquence ventriculaire (par exemple, avec une tachycardie jonctionnelle accélérée et tachycardie ventriculaire).

De temps en temps, les taux auriculaires et ventriculaires sont si proches que le tracé suggère la conduction AV normale; seul un examen attentif de la bande de rythme à long peut révéler une variation de l’intervalle PR. Cette forme de dissociation AV est appelée dissociation AV isorythmique. Manœuvres ou des médicaments résultant de l’accélération de la vitesse / du sinus auriculaire se traduira par la restauration de la conduction normale.

Pronostic

Les patients présentant un bloc cardiaque complet sont souvent hémodynamiquement instables, et par conséquent, ils peuvent éprouver syncope, hypotension, collapsus cardiovasculaire, ou la mort. D’autres patients peuvent être relativement asymptomatiques et présentent des symptômes minimes autres que des étourdissements, une faiblesse ou malaise.

bloc AV du troisième degré peut être une affection sous-jacente chez les patients qui présentent une mort cardiaque subite. La cause du décès peut souvent être tachyarythmies précipitée par les changements secondaires dans la repolarisation ventriculaire (allongement du QT) secondaire aux changements brusques de taux.

Certains patients peuvent développer une tachycardie ventriculaire polymorphe quand bradycardie significative est présente. Ceci est lié à la prolongation de la repolarisation avec des taux extrêmement lents. Ce mécanisme est en grande partie responsable de la mort chez ces patients.

Lorsqu’ils sont traités avec une stimulation permanente, le pronostic est excellent. Les complications liées à l’insertion d’un stimulateur cardiaque sont rares (lt; 1%). Les arythmies ventriculaires de l’atropine ou catécholamines peuvent se produire. complications courantes comprennent celles qui sont liées à la ligne et / ou le placement d’un stimulateur cardiaque transveineux. Ces complications comprennent une lésion artérielle, hémothorax, pneumothorax, ou tamponnade cardiaque.

RELATED POSTS

Laisser un commentaire